Comté, comté, comté – Joseph Brodsky

Comté, comté, comté,
si peu reste pour moi,
empêcher la mort dans une tasse chaude
cette amertume et cette faim, et le soleil.
Que deviendra-t-elle, avec amour pour toi,
rien, tout ajouter, tu ne seras pas fatigué,
ne laisse rien au destin,
trop soif au Kazakhstan.
Jusque là, comme c'est assez intelligent
ne comprend pas, alors au moins souviens-toi,
laisser pour les mots, Pour la maison,
derrière le dos des amis.
Pour la première fois, cette fois, pour la centième fois
regrettant l'avenir, rarement
réalisant, que chacun de nous
reste le même
человеком, qui est habitué à,
me conquérir par les trains,
répartis sur le sol, comme un cri,
disparaissant pour toujours dans le noir.

Taux:
( Pas encore de notes )
Partage avec tes amis:
Alexandre Pouchkine