Quand hors de la ville, maussade, Je divague…

Quand hors de la ville, maussade, Je divague
Et je vais dans un cimetière public,
grilles, bollards, tombe ornée,
Sous quoi pourrir tout le capital mort,
Dans le marais de la ligne de toute façon à l'étroit,
Comme les clients avides de table de la pauvreté,
marchands, fonctionnaires morts mausolées,
coupe ridicule risque pas cher,
Au-dessus, les inscriptions en prose et en vers
A propos des vertus, de service et de rang;
Selon les vieilles veuves Roháče pleurant amoureux,
Les voleurs dévissage des urnes piliers,
tombes visqueuses, qui est aussi ici
locataires Zevayuchi lui dans l'attente du matin, -
Ces pensées me troublait toutes les pistes,
Qu'est-ce que le mal est sur mon accablement.
Bien que cracher fuir oui ...
Mais comment un plaisir de me
automne parfois, le calme du soir,
Dans le cimetière du village pour visiter les terres ancestrales,
Où mort endormi dans le repos solennel.
Il y a place tombes sans fioritures;
Ces monte un voleur pâle sombre dans la nuit;
Près du centenaire pierre, couvert de mousse jaune.
Villager passe par la prière et avec un soupir;
En boîtes lieu de repos et de petites pyramides,
génies Beznosov, rastrepannыh Harith
Il devrait être largement cercueils de chêne d'importants,
Et salle à manger ... Hesitation

Taux:
( Pas encore de notes )
Partage avec tes amis:
Alexandre Pouchkine
Ajouter un commentaire